Fondation Merieux

Une fondation familiale dédiée à la lutte contre les maladies infectieuses

3ème Comité de Pilotage International du Réseau d’Afrique de l’Ouest des Laboratoires (RESAOLAB) à Niamey

10 novembre 2015, Niamey (Niger)

Pose de la 1ère pierre du futur bâtiment de la Direction des Laboratoires de Santé du Niger
2 initiatives pour renforcer la capacité des laboratoires d’analyse biomédicale et appuyer la surveillance des épidémies : RESAOLAB et WARDS

Des représentants des ministères de la Santé des 15 pays ouest africains se réunissent autour du directeur général de l’Organisation Ouest Africain de la Santé, le Dr Xavier Crespin, dans le cadre du 3ème Comité de Pilotage International de RESAOLAB (Réseau d’Afrique de l’Ouest des Laboratoires d’Analyses Biomédicales) et du 1er atelier régional sur le renforcement des laboratoires du projet WARDS (West African Regional Disease Surveillance). Cette réunion conjointe de deux initiatives importantes de renforcement des capacités dans le domaine de la santé portera sur les enjeux nationaux et régionaux du laboratoire d’analyse, sur le développement d’une politique harmonisée de la biologie et sur l’amélioration de la surveillance des maladies à potentiel épidémique.

Le programme RESAOLAB vise au renforcement de la formation des personnels de laboratoire, de la qualité des analyses, de l’appui à la surveillance des maladies infectieuses et la mise en réseau des laboratoires au niveau national et régional dans sept pays : Bénin, Burkina Faso, Guinée, Mali, Niger, Sénégal et Togo.

Le succès de cette initiative a amené RESAOLAB à être sollicité pour coordonner le volet laboratoire du projet WARDS. Sous l’égide de l’OOAS et selon les recommandations du RSI (Règlement Sanitaire International) et du GHSA (Global Health Security Agenda), le projet WARDS vise à renforcer la surveillance et la riposte aux maladies dans les 15 pays de la CEDEAO.

Suite à l’épidémie de la maladie à virus Ebola, les pays ouest africains ont décidé de mettre en place un système de surveillance épidémiologique capable de transmettre rapidement des données fiables aux autorités sanitaires. Un tel système doit s’appuyer sur des données de laboratoire issues même des zones reculées.

Ces rencontres auront lieu du 11 au 13 novembre au Grand Hôtel de Niamey sous la haute autorité de M. Mano Aghali, Ministre de la Santé Publique du Niger, en présence des représentants des ministères de la Santé des 15 pays de la CEDEAO : Bénin, Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone et Togo. Le Dr Xavier Crespin Directeur Général de l’OOAS, le Dr Pierre-Marie Metangmo, coordinateur de WARDS OOAS, M. Philippe Renault, Directeur de l’Agence Française de Développement au Niger, M. Adrien Absolu, de la Division Santé et protection sociale de l’Agence Française de Développement, Mme. Anne Poyard Vatrican de la Coopération Internationale de la Principauté de Monaco seront également présents aux côtés de M. Benoît Miribel, Directeur Général de la Fondation Mérieux et le Dr Jean-Louis Machuron, coordinateur du programme RESAOLAB.

Première pierre de la Direction des Laboratoires de Santé

La première pierre de la future Direction des Laboratoires du Niger sera posée, le 11 novembre, en présence de Monsieur le ministre de la Santé du Niger et du Dr Mamane Maty, coordinateur de RESAOLAB au Niger. Ce nouveau bâtiment, qui hébergera la future direction des laboratoires, comportera l’unité d’évaluation externe de la qualité. La construction d’un centre de formation continue pour des techniciens en biologie est prévue début 2016 dans le sud-est du Niger à Zinder. Il permettra de décentraliser la formation et évitera le déplacement des techniciens. Ce centre viendra en appui au centre national de formation du personnel de santé de Niamey situé au Centre de Recherche Médicale et Sanitaire (CERMES). Le centre sera composé d’une salle de travaux pratiques, d’une salle de cours et d’une salle multimédia. La construction de ces deux bâtiments est prise en charge par le programme RESAOLAB avec la Fondation Mérieux comme maitre d’œuvre.

A propos de RESAOLAB

Ce réseau inter-pays a été initié par la Fondation Mérieux en 2009 en collaboration avec les ministres de la santé du Burkina Faso, du Mali et du Sénégal. Quatre nouveaux pays ont rejoint le réseau en 2013 : le Bénin, la Guinée, le Niger et le Togo. Le programme est mis en œuvre grâce au soutien de l’Agence Française de Développement, la Banque Islamique de Développement, la Coopération Internationale de la Principauté de Monaco, la Fondation Stavros Niarchos et la Fondation Mérieux. L’OMS et l’OOAS* accompagnent également cette initiative.

Un système de laboratoires de biologie fournissant des services de qualité est une condition indispensable pour améliorer l’état de santé des populations. RESAOLAB est le premier programme régional qui apporte une réponse à cette problématique de santé publique. Conçu avec les acteurs de santé ouest africains, il prend en compte l’ensemble des facteurs qui affectent la gouvernance et la performance des laboratoires.

Son action vise 5 objectifs prioritaires qui s’inscrivent dans les Objectifs du Millénaire pour le développement :

  • Renforcer la gouvernance régionale et nationale des systèmes de laboratoire ;

  • Améliorer les services de laboratoire par la mise en place d’un système de qualité standardisé ;

  • Renforcer la formation initiale et continue des personnels de laboratoire ;

  • Mettre en place un Système Informatisé de Gestion de Laboratoire (SIGL) dans les principaux laboratoires du réseau et améliorer la surveillance des maladies infectieuses via le renforcement des systèmes d’informations sanitaires ;

  • Appuyer les réseaux nationaux de laboratoires et mettre en place un réseau régional opérationnel pour le partage des expertises et des ressources.

RESAOLAB a déjà permis le déploiement d’importants programmes de formation initiale et continue, l’équipement de laboratoires de formation et d’assurance qualité, des outils au service de la surveillance épidémiologique et la constitution d’un réseau inter-pays très dynamique qui comprend aujourd’hui plus de 500 laboratoires.

* OOAS : Organisation Ouest-Africaine de la Santé

A propos de WARDS

Financé par la Banque Mondiale et coordonné par l’OOAS, le projet WARDS vise à renforcer la surveillance et la riposte aux maladies dans les 15 pays de la CEDEAO. Plus spécifiquement, son objectif est d’accroître la capacité de détection des maladies infectieuses au niveau périphérique (districts et régions) par la formation du personnel de santé dans 60 centres de surveillance épidémiologique.

Suite aux réalisations du programme RESAOLAB l’OOAS a sollicité la Fondation Mérieux, parmi d’autres partenaires, pour mettre en œuvre le projet WARDS. Ainsi la Fondation Mérieux coordonne la composante laboratoire du projet et apporte son expertise et son soutien technique pour renforcer les capacités du personnel de laboratoire dans l’ensemble des pays de la CEDEAO.

Les modules de formation couvrent la surveillance des maladies chroniques, les maladies à potentiel épidémique, la microscopie, les tests de sensibilité aux antibiotiques et la résistance bactérienne, la maintenance des équipements biomédicaux, l’assurance qualité, la gestion de la biosécurité et des déchets, et les processus pré et post-analytiques. À travers cette initiative, près de 180 techniciens de laboratoire bénéficieront de la formation.

Contacts

RESAOLAB

Fondation Mérieux
Dr Jean-Louis Machuron

Tél : +33 6 11 45 03 59
E-mail : Envoyer un mail

WARDS

Fondation Mérieux
Dr Josette Najjar

Tél : +33 6 60 38 73 20
E-mail : Envoyer un mail

Presse

Fondation Mérieux
Koren Wolman-Tardy

Tél : +33 6 13 94 51 14
E-mail : Envoyer un mail

Haut de Page