Fondation Merieux

Une fondation familiale dédiée à la lutte contre les maladies infectieuses

Le Centre d’Infectiologie Christophe Mérieux du Laos organise un atelier sur l’amélioration de la prise en charge et suivi thérapeutique des patients infectés par les virus des hépatites

14 mai 2012, Vientiane (Laos)

Le Centre d’Infectiologie Christophe Mérieux du Laos (CICML) a organisé le 1er atelier national sur ‘l’Amélioration de la prise en charge et le suivi thérapeutique des patients infectés par les virus des hépatites’ grâce à une collaboration avec le Pr Paul Dény (Université Paris 13), l’Université de Médecine et de Pharmacie de Cluj-Napoca (Roumanie), et l’Université des Sciences de la Santé de Vientiane (Laos), et avec le soutien financier de la Fondation Mérieux et de l’Agence Universitaire de la Francophonie.

Le Centre d'Infectiologie Christophe Mérieux du Laos organise un atelier sur l'amélioration de la prise en charge et suivi thérapeutique des patients infectés par les virus des hépatites

Centre d’Infectiologie Christophe Mérieux du Laos

Cet atelier s’est déroulé à Vientiane du 29 février au 2 mars 2012. Introduit par Monsieur le Vice-Ministre de la Santé du Laos Ass. Pr Bounkong Syhavong, Monsieur Nicolas Steenkeste (Fondation Mérieux, Asie) et Monsieur Bernard Vanthomme (Agence Universitaire de la Francophonie au Laos), cet atelier réunissait pour la première fois des acteurs de santé de différentes provinces du Laos, impliqués dans le diagnostic et le suivi clinique et thérapeutique de patients atteints d’hépatites virales. Sur trois jours de séminaires, les intervenants ont déclinés les actualités concernant les virus des hépatites en se centrant plus particulièrement sur les infections virales chroniques et leur prise en charge thérapeutique à l’initiative du Dr Phimpha Paboriboune (CICML) et du Pr. Paul Dény.

Au Laos, comme dans beaucoup de pays en Asie du Sud-Est, les hépatites virales B et C représentent un problème de santé publique majeur, tant pour le dépistage que pour la prise en charge. De plus, les connaissances médicales des personnels soignants sont encore limitées.

La vaccination contre l’hépatite B a été intégrée dans le programme national Laotien depuis 2001. En revanche, les problèmes de co-infections HIV et HBV ou HCV sont inexplorés. Environ 2000 patients infectés par le HIV sont suivis pour la charge virale au CICML. Ces 1890 personnes représentent 88,5% de patients infectés HIV dans tout le pays ; paradoxalement seulement 1,5% d’entre eux sont déclarés coinfectés par HBV et très peu par HCV. Il est possible d’émettre l’hypothèse que le dépistage de ces infections hépatiques ne soit pas systématiquement fait dans la population HIV-positive.

Au niveau diagnostic, la plupart des laboratoires des hôpitaux régionaux recherchent l’AgHBs sérique (approche qualitative) et les Anticorps anti-HCV. Mais les autres marqueurs virologiques évaluant l’évolution de l’hépatite B (AgHBe & Ac anti-HBe), l’étude du génotype HCV et la quantification des charges virales (HBV et HCV), sont acheminés vers la Thaïlande, ce qui représente une dépense majeure pour les patients, à laquelle il faut ajouter le coût de traitement. Si certains patients ont accès aux molécules importées (Lamivudine, Adéfovir, Ténofovir et Peg-IFN alfa-2a), le suivi thérapeutique par des médecins spécialisés est limité. Depuis janvier 2010, le CICML a mis en place une technique de quantification de charge virale HBV et HCV pour évaluer l’efficacité du traitement. Cependant, les cliniciens ont également besoin de formations continues pour la prise en charge des patients et le suivi thérapeutique.

Les priorités des thèmes de recherche en santé publique ont été identifiées pour le Laos en particulier grâce à l’impulsion qu’a apporté la mise en place de la charge virale HIV au CICML. De plus des projets de recherche fédérateurs entre le Laos, le Vietnam, le Cambodge et la Thaïlande pour constituer un véritable consortium du Sud-Est Asiatique ont été évoqués et des thèmes identifiés à privilégier tel le Carcinome Hépatocellulaire et la prévention vaccinale. Sous l’impulsion du Vice-Ministre, le souhait de renouveler ce type d’événement a été émis pour diffuser de manière plus importante les bonnes connaissances et pratiques pour la prise en charge des hépatites au Laos en permettant un véritable contrôle de qualité des pratiques thérapeutiques en étroite concertation avec les acteurs locaux et les autorités sanitaires.

Haut de Page