Fondation Merieux

Une fondation familiale dédiée à la lutte contre les maladies infectieuses

Les résultats de l’étude multicentrique de la Fondation Mérieux présentés à l’ICAAC/ICC : les causes de la pneumonie infantile dans les pays en développement

21 septembre 2015, San Diego (Les États Unis)

Étude inédite menée dans 8 pays en développement sur 3 continents. La bactérie Streptococcus pneumoniae est la première cause de pneumonie chez les enfants de moins de 5 ans.

Les résultats de l’étude multicentrique de la Fondation Mérieux sur les causes de la pneumonie chez les enfants de moins de 5 ans dans les pays en développement ont été présentés à la conférence internationale ICAAC/ICC.

L’auteur présentateur, Thomas Bénet, MD, MPH, a présenté deux études : une étude cas-témoin pilote, menée au Mali avec le Centre d’Infectiologie Charles Mérieux et les cliniciens de l’hôpital Gabriel Touré, et l’étude multicentrique qui a suivi, menée par des centres de recherche du réseau GABRIEL* dans 8 pays en développement représentant la majeure partie des cas de pneumonie chez les enfants à travers le monde (la Mongolie, la Chine, le Cambodge, l’Inde (2 sites), le Mali, Madagascar, Haïti et le Paraguay).

L’étude multicentrique, qui a débuté en 2011, a été dirigée par le Dr Glaucià Paranhos-Baccalà, chercheuse principale, au Laboratoire des Pathogènes Émergents (LPE) de la Fondation Mérieux et menée par les centres internationaux de recherche qui collaborent au réseau scientifique GABRIEL. Le LPE a co-développé un test de diagnostic utilisé dans l’étude multicentrique harmonisée. Ce test permet de détecter un large éventail de 19 virus et de 5 bactéries pouvant être à l’origine d’une pneumonie et de réaliser le typage des pneumocoques. Le professeur Philippe Vanhems et son équipe d’épidémiologistes des hôpitaux universitaires et de l’Université Claude Bernard de Lyon ont analysé les données.

Les résultats préliminaires montrent que près de la moitié des cas de pneumonie chez les enfants de moins de cinq ans peuvent être attribués au Streptococcus pneumoniae. Les autres cas de pneumonie étaient d’origine virale, notamment le virus respiratoire syncytial (VRS), le rhinovirus, et le métapneumovirus humain. Cependant, l’étude a également montré d’importantes variations géographiques dans les pathogènes présentes. Au Mali, le site pilote, la plupart des pneumonies ont été provoquées par : S. pneumoniae, VRS, métapneumovirus humain et virus influenza A.

Dédiée à la lutte contre les maladies infectieuses dans les pays en développement, la Fondation Mérieux a conçu et financé l’étude. L’objectif est de contribuer à la réduction de la mortalité infantile due à la pneumonie. Cette infection grave des voies respiratoires est la première cause de décès chez les enfants de moins de 5 ans dans les pays en développement, où l’infection est aggravée par la malnutrition, les mauvaises conditions sanitaires et l’accès limité aux soins, dont le diagnostic.

Les causes de la pneumonie dans les pays en développement sont peu connues. De nombreux virus et bactéries peuvent en être responsables et les patients peuvent avoir des co-infections. Le choix d’un traitement antimicrobien ainsi que les mesures préventives sont différents selon que l’infection est d’origine bactérienne ou virale. Dans les pays à ressources limitées, où l’accès aux laboratoires et aux tests de diagnostic peuvent être manquants, les médecins ont souvent recours à un traitement empirique.

Connaître les causes principales d’infection dans une région donnée est ainsi important et les résultats de l’étude multicentrique pourraient avoir une incidence sur les protocoles de prise en charge de la pneumonie et sur la prévention dans les pays en développement. Les auteurs concluent que la vaccination contre S. pneumoniae et le développement d’un vaccin contre le virus respiratoire syncytial (VRS) pourront permettre une réduction considérable du poids de la pneumonie dans les pays en développement. Les données pourront également aider à déterminer les facteurs associés à la gravité de la maladie et guider les stratégies vaccinales.

ICAAC/ICC est la réunion conjointe de la conférence de l’ASM sur les agents antimicrobiens et la chimiothérapie (ICAAC : Interscience Conference of Antimicrobial Agents and Chemotherapy) et du congrès international de la chimiothérapie (ICC : International Congress of Chemotherapy and Infection).

*Global Approach to Biological Research, Infectious Diseases and Epidemics in Low-income Countries

À propos des études

Thomas Bénet, MD, MPH, est praticien hospitalier dans le Service de l’Hygiène, l’Epidémiologie et Prévention à l’hôpital Edouard Herriot - Hospices Civils de Lyon. Il prépare une thèse de doctorat en épidémiologie et santé publique sous la supervision du Dr Glaucià Paranhos-Baccalà et du Pr Philippe Vanhems.

Il a présenté les résultats préliminaires de l’étude à l’ICAAC/ICC lors de la séance consacrée à l’épidémiologie des voies respiratoires inférieures et aux infections du système nerveux central chez les patients en pédiatrie (Epidemiology of Lower Respiratory Tract and CNS Infections in Pediatric Patients Globally), le dimanche 20 septembre.

Etiology and Factors Associated with Severe Pneumonia Among Children Under 5 Years of Age in Mali : A Case-control Pilot Study
T. Bénet1, M. Sylla2, M. Messaoudi3, V. Sanchez Picot3, J-N. Telles3, A-A. Diakite4, F. Komurian-Prade3, H. Endtz3, S. Diallo5, G. Paranhos-Baccalà3, P. Vanhems1 ; 1Hosp. Edouard Herriot, Lyon, France, 2Hosp. Gabriel Touré, Bamako, France, 3Fondation Mérieux, Ctr. Intl. de Recherche en Infectiologie, Lyon, France, 4Hosp. Gabriel Touré, Bamako, Mali, 5Ctr. d’Infectiologie Charles Mérieux, Bamako, Mali

Pneumonia Etiology in Children Under 5 Years of Age in Developing Countries : A Multicentric Case-control Study
T. Bénet1, M. Messaoudi2, J-N. Telles2, V. Sanchez Picot2, P. Vanhems1, G. Paranhos-Baccalà2, GABRIEL network ; 1Hosp. Edouard Herriot, Lyon, France, 2Fondation Mérieux, Ctr. Intl. de Recherche en Infectiologie, Lyon, France

À propos du Laboratoire des Pathogènes Émergents

Situé à côté du Laboratoire P4 Jean Mérieux-Inserm à Lyon, le Laboratoire des Pathogènes Émergents de la Fondation Mérieux se consacre à des questions de santé publique liées aux maladies infectieuses, en particulier les infections respiratoires, la tuberculose multi-résistante, ainsi que les fièvres dont la typhoïde. Son équipe fait partie de réseaux scientifiques nationaux et internationaux d’excellence, notamment le CIRI (Centre International de Recherche en Infectiologie – Inserm U1111), AVIESAN (Alliance Nationale pour les Sciences de la Vie et de la Santé) et le consortium ISARIC (International Severe Acute Respiratory and Emerging Infection Consortium).

Ses trois activités principales sont :

  • Le développement et transfert de technologies pour le diagnostic et la surveillance épidémiologique des maladies infectieuses ;

  • L’identification et la caractérisation de nouveaux biomarqueurs ;

  • La formation des scientifiques des pays en développement.

Contact presse

Fondation Mérieux
Koren Wolman-Tardy

Tél. : +33 6 13 94 51 14
E-mail : koren.wolman-tardy@fondation-merieux.org

Haut de Page