Fondation Merieux

Une fondation familiale dédiée à la lutte contre les maladies infectieuses

Programme de Recherche sur le VIH / SIDA

Doser les antirétroviraux

Au sein de la Faculté de Pharmacie de Phnom Penh, capitale du Cambodge, le Laboratoire Rodolphe Mérieux, dirigé par un enseignant de l'université, est doté de deux unités de recherche : une de pharmacologie clinique et une de biologie moléculaire.

L'unité de pharmacologie clinique travaille à la mise au point de dosages plasmatiques de médicaments antirétroviraux (ARV) prescrits aux patients cambodgiens atteints du VIH / SIDA : l'éfavirenz, la névirapine et le lopinavir.

Des méthodes de dosage de ces molécules existent déjà et sont utilisés dans les pays développés. Mais ces techniques se révèlent peu appropriées à l'usage dans un pays en développement comme le Cambodge. Le Laboratoire Rodolphe Mérieux de Phnom Penh crée, modifie et valide des techniques différentes, adaptées aux contraintes locales. Elles sont moins lourdes à mettre en œuvre, plus rapides et encore moins consommatrices de réactifs.

Le dosage des ARV chez les patients atteint du VIH / SIDA permet d'améliorer leur suivi thérapeutique et vérifier l'efficacité du traitement. Cela permet également d'étudier le métabolisation de ces molécules et de vérifier su la posologie est adaptée à la population. Les différents dosages des ARV servent aussi à mieux évaluer les interactions médicamenteuses entre ces molécules « antiVIH » et les antituberculeux chez les patients touchés par les deux maladies.

Tous les travaux de recherche de l'unité de pharmacologie clinique sont menés en collaboration avec le Laboratoire de Pharmacie Clinique dirigé par le Docteur Anne-Marie Taburet de l'hôpital Bicêtre à Paris.

Diarrhée chronique chez les patients infectés par le VIH / SIDA en République Démocratique Populaire du Laos : Prévalence des parasitoses opportunistes et caractérisation moléculaire d'isolats de Cryptosporidium spp. ; (Université Claude-Bernard Lyon 1 - UMR 145 IRD)

Etude des parasites intestinaux observés chez les patients VIH / SIDA atteints d'une diarrhée chronique au Laos dans un hôpital central (Setthathirat Hospital, Vientiane) et dans un hôpital provinciale (Savanhnakheth Hospital, Savanhnakheth province).

Étude sur le diagnostic microscopique et sur la résistance aux médicaments de M. tuberculosis dans les crachats des patients atteints du SIDA (IFMT, Fondation Mérieux)

  • Examen direct des échantillons de crachat avec ou sans traitement préalable à l'eau de Javel (NaClO) 

  • Culture des échantillons provenant des patients atteints du SIDA avec syndrome pulmonaire à l'hôpital Mahosot et Sethathirat (Vientiane) 

  • Détection des MDR (Multi-Drug Resistance) et de génotypage des échantillons positifs par biologie moléculaire (Test de Hain).

Charges virales HIV - ARN

  • Programme sous la supervision du CHAS (Centre pour le VIH / SIDA et les infections sexuellement transmissibles), et en collaboration avec l’Institut Pasteur du Cambodge, l'OMS, ESTHER et le Fond Mondial 

  • Quantification de l'ARN du virus VIH-1 par RT-PCR 

  • Analyse des échantillons envoyés par tous les centres de traitement du SIDA situés à Vientiane et dans les provinces 

  • Formation des cliniciens à l’interprétation des résultats 

  • Formation des techniciens de laboratoire pour la collection et l'envoi d'échantillon.

Détecter précocement le virus chez des nouveau-nés

La Fondation Mérieux, avec le financement de la Fondation Christophe et Rodolphe Mérieux, collabore en Haïti avec les chercheurs du GHESKIO.

La Fondation soutient, en particulier, depuis plusieurs années, la mise au point d'un test de détection du VIH / SIDA chez les nouveau-nés. Ce dosage immunologique de l'« Antigène p24 » est simple, rapide et ultrasensible. Il vise à être utilisé avec un équipement minimal dans les petits laboratoires des centres provinciaux de santé, GHESKIO. Avec ce test, les nourrissons touchés par le virus seront détectés précocement, permettant leur prise en charge rapide. L'enjeu est primordial : le taux de mortalité sans traitement est de 50%, il descend à 15% pour les nouveau-nés traités.

La Fondation soutient aussi des études concernant l'impact des traitements sur la qualité de vie des enfants à Haïti, ou encore des recherches visant à déterminer le meilleur moment pour débuter un traitement antirétroviral en fonction du taux de CD4.

Haut de Page