Fondation Merieux

Une fondation familiale dédiée à la lutte contre les maladies infectieuses

Systèmes de santé et Ebola

Systèmes de santé et Ebola

Formations à Guinée

La Fondation Mérieux participe à la lutte contre l’épidémie d’Ebola en renforçant les systèmes de santé ouest africains avec le programme RESAOLAB*. Cette initiative, soutenue par l’Agence Française de Développement (AFD), la Banque Islamique de Développement, la Coopération Internationale Monégasque, la Fondation Mérieux et la Fondation Stavros Niarchos, est emblématique de l’approche de la Fondation Mérieux qui vise à développer une action en réseau pour lutter contre les maladies infectieuses.

L’épidémie d’Ebola a mis en lumière la nécessité de renforcer les systèmes de santé des pays ouest africains et notamment les capacités de diagnostic biologique. Le rôle du laboratoire est clé (et souvent méconnu) dans une telle épidémie : il est essentiel de réduire le temps d’identification des agents pathogènes et de foyers potentiels de l’épidémie afin de prendre les mesures de prévention nécessaires pour contenir l’épidémie et protéger les populations.

Les facteurs suivants ont contribué à la gravité de l’épidémie :

  • le manque d’infrastructures adaptées et de personnel de santé formé à la biosécurité et à la manipulation de pathogènes dangereux

  • un délai trop long avant que le virus Ebola puisse être identifié dans un laboratoire adapté (P4 Jean Mérieux), ce qui a favorisé sa propagation

  • une information trop tardive pour mettre en place des mesures de prévention (notamment la mise en quarantaine des patients et l’isolement post-mortem des corps) et pour protéger le personnel de santé, qui a été lourdement touché (on estime que le personnel de santé représente 5 à 10% des décès)

  • un réseau de laboratoires régional non encore véritablement fonctionnel :

    • absence d’une direction des laboratoires dans certains pays

    • besoin de communication entre les laboratoires de la région

    • besoin d’investissements pour permettre le diagnostic de qualité des maladies tropicales

    • absence de procédure pour le transport d’échantillons

  • un manque d’équipement de protection individuelle pour lequel il existe actuellement une pénurie mondiale

Le Dr Aboubacar Sidiki Diakité (Président national du comité de crise sanitaire de Guinée et Président du Comité National de RESAOLAB en Guinée) avait déjà exposé ces difficultés lors de la réunion de RESAOLAB dès le mois de mai.

L’épidémie d’Ebola a été officiellement confirmée en mars 2014 par le CNR Fièvres Hémorragiques Virales, dirigé par le Dr Sylvain Baize de l’Institut Pasteur, basé à Lyon au laboratoire P4 Jean Mérieux–Inserm (lien vers page P4). Depuis le début de la crise, RESAOLAB est mobilisé et ses membres (Bénin, Burkina Faso, Mali, Niger, Sénégal, Togo) font un point régulier sur son évolution pour coordonner leurs actions et adopter des mesures de prévention concertées.

*Réseau d’Afrique de l’Ouest des Laboratoires d’Analyses Biologiques