I-Lab

La Fondation Mérieux accompagne les laboratoires du Sénégal à l’utilisation d’un outil automatisé de collecte et de remontée de leurs données épidémiologiques. Cela permet notamment de détecter et d’identifier rapidement les épidémies.

Type

Accès au diagnostic

Région

Afrique

Pays

Sénégal

Partenaires

3

État

En cours

Context

En 1995, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a exprimé ses préoccupations en demandant à ses 194 États membres de renforcer la surveillance des maladies infectieuses.

Cette surveillance permet de détecter et d’identifier rapidement les épidémies, de limiter leur propagation et de prendre des décisions de santé publique appropriées (campagnes de prévention, de vaccination, etc.).

Le ministère de la Santé du Sénégal a défini 11 maladies à surveiller pour améliorer la mise en œuvre des programmes de santé publique et la prise en charge des malades.

Objectif

Soutenir la Direction des laboratoires du Sénégal à mettre en service un outil automatisé de collecte et de remontée des données épidémiologiques en provenance des laboratoires.

Activités

L’outil à mettre en service repose sur la plateforme gratuite et open source DHIS2. Il s’agit d’une plateforme de gestion des données sanitaires, validée par le ministère de la Santé du Sénégal et par l’Organisation Ouest Africaine de la Santé.

Dès juillet 2015, les 120 laboratoires du réseau national sont formés et équipés à l’utilisation de l’outil. Une application web et smartphone permettra aux techniciens de laboratoires de collecter et de transmettre les données épidémiologiques sur une plateforme web. La plateforme pourra ainsi traiter les données et produire rapidement des rapports complets.

Ce système va permettre de renforcer la surveillance des maladies à potentiel épidémique en temps réel et ainsi d’accélérer la capacité de riposte aux épidémies.

Une équipe de la Direction des laboratoires du Sénégal est dédiée au projet et a pour rôle de valider l’outil technique, de former le personnel de laboratoire et d’assurer la maintenance de la plateforme. Une fois l’outil mis en place et le personnel de laboratoire formé, le système sera géré par la Direction de façon autonome.

Réalisations

62

laboratoires formés à l’utilisation de cet outil

à la fin octobre 2016

On constate aussi une nette augmentation de la quantité et de la qualité des données transmises : désormais, plus de 50 % des laboratoires nationaux transmettent les notifications de maladies, contre 5 % auparavant.

Partenaires

Opérationnels :

  • Direction des Laboratoires du Sénégal
  • PATH

Financier :

  • Skoll Global Threats Fund

Suivant

Précédent

Relancer

Pause