APRECIT

Évaluation des stratégies visant à améliorer le dépistage et la prise en charge globale de l’infection tuberculeuse latente au Cameroun et à Madagascar

Type

Recherche

Région

Afrique

Pays

Cameroun et Madagascar

Partenaires

14

État

En cours

Context

La tuberculose (TB) demeure la première cause de décès par infection dans le monde. En 2017, 10 millions de personnes ont contracté la maladie et 1,6 million en sont mortes (parmi lesquelles 300 000 personnes atteintes du VIH). Lorsque la TB est active et détectable, elle peut être traitée. La durée du traitement peut aller de 6 à 24 mois, selon la sensibilité de la souche Mycobacterium tuberculosis responsable de la maladie.

L’infection tuberculeuse latente (ITL) est asymptomatique et suscite de plus en plus d’inquiétudes. On estime que jusqu’à un tiers de la population mondiale est atteint d’ILT et, qu’en moyenne, 5 à 10 % d’entre eux développeront la forme active de la TB au cours de leur vie. Parce que les personnes atteintes d’ILT constituent un important réservoir humain pour la TB,les efforts déployés pour mettre fin à l’épidémie mondiale de tuberculose se heurtent à un défi de taille. . Pour éliminer la TB d’ici 2050 conformément à la stratégie de l’OMS pour mettre fin à la tuberculose, il est nécessaire de mettre en place une gestion programmatique des individus atteints d’ILT.  

Objective

Le projet APRECIT, lancé en 2019, a été conçu pour évaluer les différentes stratégies de dépistage et améliorer la gestion programmatique globale de l’infection tuberculeuse latente et des groupes à haut risque à Madagascar et au Cameroun.

Activities

En partenariat avec les programmes nationaux de lutte contre la tuberculose à Madagascar et au Cameroun, ce projet vise à évaluer :

  • Une stratégie d’intervention communautaire dans les foyers où ont été détectés des cas de TB active, afin d’identifier et de prendre en charge les individus atteints d’ILT et les groupes à haut risque (enfants de moins de cinq ans et personnes séropositives), sur le plan quantitatif et d’un point de vue coût/efficacité ;
  • Le diagnostic au moyen de deux tests de libération de l’interféron gamma (IGRA) comparé au test cutané à la tuberculine de référence pour identifier les individus atteints d’ILT ;
  • La valeur pronostique des tests IGRA pour prévoir l’évolution de l’ILT en TB active, en matière de sensibilité/spécificité et d’un point de vue coût/efficacité.

Dans chaque pays, 1 250 contacts proches de personnes atteintes de tuberculose activesont recrutés, pour un total de 2 500 bénéficiaires directs. Les agents de santé communautaires leur rendent visite à domicile et effectuent des tests de dépistage de l’ILT. Tous les participants volontaires font l’objet d’un suivi pendant 24 mois.

Éléments clés et impacts du projet

  • Encourager la collaboration entre les programmes de lutte contre la TB et les programmes anti-VIH/sida, par exemple pour partager les tests de diagnostiques en laboratoire « lieu de soins », les ressources humaines, les systèmes d’échantillonnage de sang et d’autres ressources déjà en place
  • Opérer dans le cadre des programmes nationaux de lutte contre la TB pour assurer la viabilité des activités même après la fin du projet, afin qu’il ait un effet durable sur l’incidence de la TB
  • Sensibiliser le grand public à la tuberculose à l’aide de vidéos, de brochures et d’autres outils de communication
  • Renforcer les systèmes de santédans leur ensemble, afin d’offrir de meilleurs soins aux patients

Et ensuite ?

Le projet va durer trois ans, de 2019 à 2022, et contribuera à atteindre le troisième objectif de la Stratégie pour mettre fin à l’épidémie mondiale de la tuberculose d’ici 2035, à savoir garantir qu’aucune famille n’ait à assumer les coûts astronomiques engendrés par la tuberculose.

Promoteur

  • Expertise France, Initiative 5 %

Partners

Cameroun

  • Centre Pasteur du Cameroun
  • AFASO (Association des Femmes Actives et Solidaires)
  • CAMNAFAW Cameroun
  • Hôpital de district de la Cité Verte
  • Hôpital de district d’Efoulan, Yaoundé
  • Groupe de Recherche en Économie de la Santé et l’Évaluation pour le Développement Basé sur les Résultats (HEREG)
  • Centre de santé catholique de Mvolyé
  • Comité national de lutte contre le VIH/sida
  • Programme National de Lutte contre la Tuberculose (PNLT) du Cameroun

Madagascar

  • Institut Pasteur de Madagascar
  • Centre Hospitalier Universitaire de Soins et de Santé Publique d’Analakely (CHUSSPA)
  • Programme National de Lutte contre la Tuberculose de Madagascar
  • Centre Hospitalier Universitaire de Fenoarivo, service de pneumo-phtisiologie

Suivant

Précédent

Relancer

Pause