Charge virale VIH au Myanmar

L’objectif de ce projet est de mettre en place le suivi de la charge virale VIH au Myanmar pour vérifier l’efficacité des traitements antirétroviraux.

Type

Accès au diagnostic

Région

Asie

Pays

Myanmar

Partenaires

3

État

En cours

Nous travaillons au Myanmar au renforcement de l’accès au test de quantification de la charge virale VIH. Nous avons pour cela installé trois plateformes « ouvertes » pour la mesure de la charge virale du VIH. Ces trois plateformes ont réalisé plus de 42 200 tests depuis 2012, soit plus de 95 % de tous les tests de la charge virale VIH réalisés dans le pays.

Contexte

En 2014, le programme ONUSIDA a fixé l’objectif « 90-90-90 » pour que, d’ici 2020, 90 % des personnes vivant avec le VIH (PVVIH) puissent connaître leur statut sérologique, 90 % des personnes diagnostiquées séropositives soient sous traitement antirétroviral et 90 % des personnes traitées aient une charge virale indétectable.

Au Myanmar, selon le rapport d’ONUSIDA, avec une prévalence de l’infection au VIH de 0,8 %, le nombre de PVVIH y est estimé à 220 000 en 2017. Parmi elles, 140 000 personnes, soit 63,6 %, sont déjà identifiées. Selon le Programme national de lutte contre le sida (NAP), 90 % des PVVIH identifiées, soit 127 000 personnes, bénéficient aujourd’hui d’une thérapie antirétrovirale, dont environ 50 % sont suivies par des ONG.

La Fondation Mérieux, en collaboration avec les ONG MSF Hollande, MSF Suisse et The Union Against Tuberculosis and Lung Diseases, travaille au Myanmar au renforcement de l’accès au test de quantification de la charge virale VIH. Cela permet d’améliorer le suivi des personnes vivant avec le VIH et de réduire les risques d’échec thérapeutique, tout en permettant aux équipes médicales locales de disposer d’outils autrefois indisponibles dans le pays.

Objectif

Une des missions de la Fondation au Myanmar consiste à accompagner le NAP pour que 90 % des personnes traitées contre le VIH aient une charge virale indétectable. Ce troisième « 90 » est la preuve du maintien d’un traitement efficace.

Les activités de la Fondation se concentrent donc sur la mise en place de plateformes de biologie moléculaire permettant de faire le diagnostic de la charge virale VIH.

Activités

En partenariat avec les autorités de santé, MSF Hollande, The Union Against Tuberculosis and Lung Diseases et MSF Suisse, trois plateformes « ouvertes » pour la mesure de la charge virale du VIH ont été installées entre 2012 et 2015 :

  • La première dans le nord du pays, à Mandalay ;
  • La deuxième dans le centre, à Yangon ;
  • La troisième dans le sud, à Dawei.

La Fondation Mérieux met en œuvre des formations, renforce les équipements et apporte un soutien quotidien au PHL (Public Health Laboratory) de Mandalay et au NHL (National Health Laboratory) de Yangon.

La Fondation évalue la charge virale VIH des PVVIH suivies par les ONG MSF Hollande, MSF Suisse et The Union Against Tuberculosis and Lung Diseases, partenaires de la Fondation dans ce projet.

Réalisations

Tests de la charge virale

95 %

des tests de la charge virale VIH réalisés dans le pays sont réalisés dans les plateformes que nous avons créées

42 200

tests de la charge virale VIH y ont été réalisés depuis 2012

13 000

tests réalisés en moyenne chaque année

Au total, 42 200 tests de la charge virale VIH ont été effectués au Myanmar depuis 2012, au profit de 33 700 PVVIH sous traitement antirétroviral.

Les trois plateformes où sont réalisés les tests produisent actuellement une moyenne de 13 000 tests de la charge virale par an. Cela représente plus de 95 % des tests réalisés dans le pays.

Formations théoriques et pratiques

Près de vingt techniciens ont été formés aux techniques de biologie moléculaire (PCR en temps réel) et bénéficient annuellement de nouvelles formations théoriques et pratiques. Ces formations sont réalisées in situ, mais également au Centre d’Infectiologie Lao Christophe Mérieux au Laos. Les activités des trois laboratoires sont suivies périodiquement.

L’objectif est d’améliorer les connaissances des techniciens des laboratoires publics en vue d’une extension de la technique de diagnostic à d’autres laboratoires du pays.

Partenaires

Suivant

Précédent

Relancer

Pause