COVID-19 : la Fondation Mérieux apporte son expertise diagnostic et recherche sur le terrain

Chargement...

Dernière mise à jour le 1er juin 2020

La Fondation Mérieux agit pour renforcer au sein de ses réseaux la capacité à détecter et contrôler l’infection par le nouveau coronavirus SARS-CoV-2. Alors que la pandémie continue de s’étendre à des rythmes et intensités variés, la Fondation Mérieux a mobilisé ses réseaux et partenaires pour accompagner les pays à ressources limitées dans leur réponse à cette crise sanitaire mondiale.

 Cet accompagnement s’articule autour du renforcement des capacités de diagnostic, avec notamment l’envoi de kits de détection du SARS-Cov-2 ; et l’évaluation du risque de transmission nosocomiale dans les hôpitaux, avec l’étude NOSO-COR. Les équipes sont également mobilisées pour réorienter ou développer les activités prévues dans les projets existants afin de répondre à l’urgence sanitaire actuelle.

Renforcer localement la capacité de diagnostic du SARS-CoV-2

L’identification des patients atteints est primordiale pour pouvoir mettre en place les mesures de sécurité et de quarantaine nécessaires pour limiter la propagation du virus.

Renforcer localement la capacité de diagnostic du SARS-CoV-2

Pour soutenir les laboratoires membres de ses réseaux, la Fondation Mérieux envoie aux sites demandeurs des kits de détection, accompagnés des procédures opérationnelles ainsi que des recommandations de l’OMS sur la biosécurité. Des réunions téléphoniques sont organisées afin de pouvoir accompagner à distance les équipes et répondre à leurs questions.

Afin d’assurer la capacité à fournir une quantité de tests permettant de répondre à la demande, deux kits de détection du virus sont mis à disposition. Le premier kit est développé par l’équipe allemande du laboratoire de la charité (Equipe du Pr C. Drosten) et validé par l’OMS.

Kit de détection du Sars-Cov-2 – laboratoire de la Charité, Allemagne

Ce test, validé par l’OMS, basé sur les séquences des coronavirus SARS-CoV-2 et des virus SARS-related, est composéé de deux réactions RT-PCR (Real Time Reverse Transcription Polymerase Chain Reaction) par échantillon : le test de dépistage de première ligne détecte des betacoronavirus de type SARS (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère) et le test de confirmation détecte spécifiquement le SARS-CoV-2.

Le consortium EVAg (European Virus Archive, consortium européen financé par le programme H2020) apporte son soutien et fournit les contrôles positifs, permettant de prouver que la détection par ce test est efficace.

Le kit développé par le Laboratoire Christophe Mérieux de Pékin, créé conjointement par la Fondation Mérieux et l’Académie Chinoise des Sciences Médicales (CAMS) et validé par le CDC Chinois, est également envoyé. L’équipe de ce laboratoire a en effet développé un essai moléculaire permettant de détecter le SARS-CoV-2, basé sur une technique RT-PCR. C’est avec ce test que sont réalisés en Chine tous les diagnostics de l’épidémie en cours.

L’envoi de ces tests et l’accompagnement proposé permettent de pallier un manque d’outils et de technologie pour diagnostiquer efficacement et rapidement les cas d’infection par ce nouveau coronavirus.

A ce jour, les kits ont été envoyés ou sont en cours d’acheminement vers les sites suivants :

  • Burkina Faso : Centre National de Recherche Scientifique
  • Bangladesh : BITID et ideSHi
  • Cambodge : Laboratoire Rodolphe Mérieux
  • Haïti : Centres GHESKIO
  • Liban : Laboratoire Rodolphe Mérieux
  • Madagascar : Centre d’Infectiologie Charles Mérieux
  • Mali : Centre d’Infectiologie Charles Mérieux
  • Myanmar : National Health Laboratory
  • Paraguay :Instituto de Investigaciones en Ciencias de la Salud
  • République du Congo : Centre de Recherches sur les maladies infectieuses- Christophe Mérieux
  • Sénégal : Laboratoire National de Santé Publique
  • Tadjikistan : Laboratoire National de Référence en Santé Publique
  • Togo : Laboratoire de Biologie Moléculaire, Institut National d’Hygiène

Focus sur le rôle des laboratoires du réseau de la Fondation Mérieux dans le diagnostic du SARS-Cov-2 :

  • Laboratoire Rodolphe Mérieux de Beyrouth, Liban

    A la demande du Ministère de la Santé du Liban, le Laboratoire Rodolphe Mérieux situé au sein de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth participe au diagnostic du COVID-19 depuis le début du mois de mars, aux côtés du laboratoire de l’Hôpital Universitaire Rafic Hariri.

    En synergie avec l’Hôtel Dieu de France et d’autres hôpitaux libanais, il est engagé activement dans la réponse et la lutte contre cette pandémie, unissant les efforts de tous les professionnels de santé : médecins, pharmaciens, biologistes médicaux, techniciens de laboratoires, infirmières, épidémiologistes et chercheurs.

  • Laboratoire Rodolphe Mérieux de Rio Branco, Brésil

    Ce laboratoire est le seul de l’état d’Acre à réaliser les tests de diagnostic du COVID-19. Il a débuté cette activité le 17 mars, en testant les cas suspects de 3 municipalités. Il réalise aujourd’hui ceux de 20 municipalités de l’état. Après avoir bénéficié des sondes et amorces venus du laboratoire de la Charité à Berlin, le Laboratoire Rodolphe Mérieux a vu ses stocks renfloués par le ministère de la Santé pour permettre la continuité de l’activité diagnostique.

    Au 27 mai 2020, le Laboratoire Rodolphe Mérieux du Brésil compte 11 844 tests réalisés, dont 5 251 positifs.

  • National Health Laboratory, Yangon, Myanmar

    Le Laboratoire National de Santé est le seul laboratoire du pays en capacité de faire du diagnostic COVID-19 à ce jour. Les premiers échantillons suspects y ont été testés dès le 20 février, et les premiers cas confirmés le 23 mars.

Lancer un protocole de recherche pour limiter les infections nosocomiales : projet NOSO-COR

Au-delà de l’action d’urgence que représente la nécessité de diagnostiquer les cas de COVID-19, il est important de proposer des solutions pour identifier et réduire les risques de transmission dans les hôpitaux. Il a été démontré que la maladie à SARS-CoV-2, comme le SARS-CoV-1 en 2003, se caractérise notamment par un taux d’infections nosocomiales particulièrement élevé. Face à ce constat, la Fondation Mérieux, en collaboration avec le Pr Philippe Vanhems, épidémiologiste aux Hospices Civils de Lyon, a développé un protocole de recherche pour l’évaluation du risque de transmission nosocomiale du SARS-CoV-2 : le projet NOSO-COR. Cette étude est co-financée par la Bill & Melinda Gates Foundation.

Il s’agit d’une étude prospective non interventionnelle en milieu hospitalier ayant pour objectif de décrire et documenter les cas de COVID-19, la transmission nosocomiale à l’hôpital; et de décrire les pratiques et politiques de prévention et de contrôle des infections dans les hôpitaux.

Le projet NOSO-COR présente deux aspects :

  • un mapping des compétences dans les hôpitaux pour identifier les interventions nécessaires afin de limiter les cas d’infections nosocomiales ;
  • une étude épidémiologique pour une meilleure connaissance des chaînes de transmission et de l’impact des mesures de prévention et de contrôle de l’infection en milieu hospitalier, afin d’identifier les facteurs de risque déterminants pour ces cas.

Cette étude va être implémentée dans les pays suivants :

  • Afrique : Mali, Sénégal, Côte d’Ivoire, Guinée, Madagascar, Burkina Faso, notamment en collaboration avec Africa CDC et avec le soutien de la Bill & Melinda Gates Foundation ;
  • Asie : Bangladesh ;
  • Amérique : Brésil ;
  • Moyen-Orient : Liban

L’étude a été enregistrée sur le site clinicaltrials.gov sous l’identifiant NCT04290780. Le projet a été approuvé au comité d’éthique en France et est en cours de soumission aux comités d’éthique nationaux des pays partenaires. Il a d’ores-et-déjà été approuvé par les comités d’éthique de Côte d’Ivoire, du Bangladesh, de Madagascar, du Liban, de Guinée et du Mali, et a démarré au Bangladesh, au Liban, au Mali et à Madagascar.

Par ailleurs, ce protocole est actuellement proposé à 8 CHU sur le territoire français, afin de pouvoir, à terme, partager résultats et expériences.

La Fondation Mérieux gère l’implantation du protocole de recherche dans les pays, notamment dans les laboratoires de recherche membre du réseau GABRIEL, et les Hospices Civils de Lyon sont responsables de l’implantation dans les CHU français. Le Pr Jianwey Wang, du Laboratoire Christophe Mérieux de Pékin, assure le rôle de conseiller scientifique.

Suivant

Précédent

Relancer

Pause